Étude

TELEPIEDS

(2017 - 2020)

Télémédecine et coordination infirmière :

Pour une meilleure prise en charge
des soins d’ulcères de pieds diabétiques

     Etude en cours     

 

En 2016, 5 millions de français sont touchés par le diabète, soit 8% de la population totale.

Le diabète a différents types de complications, et les ulcères du pied diabétique sont les plus fréquentes à longs termes :15% des patients en présenteront au cours de leur vie.

Le diabète est la 1ère cause d’amputation (hors accident) et on dénombre environ 8300 nouveaux amputés chaque année.

Le cout total pour le système de soin français s’élève à 16,7 milliards d’euros annuel.

 

Qu'est-ce que l'étude Télépieds ?

C'est une étude comparative, randomisée en groupe parallèle (2 fois 90 patients) qui propose d’opposer la prise en charge des ulcères du pied diabétique par télémédecine à un suivi habituel. Les objectifs attendus pour justifier une meilleure prise en charge avec la télémédecine sont :

  • Réduire le nombre d’hospitalisation et leur durée de séjour

  • Alléger le cout des soins directs (hospitalisation, frais de transport, frais paramédicaux)

  • Diminuer le temps de cicatrisation.

 

Comment se déroule l'étude Télépieds ?

Dans le groupe des patients ayant un suivi par télémédecine, le patient bénéficie -en plus de sa prise en charge habituelle- d’un suivi par une infirmière experte basée sur les soins locaux quotidiens assurés par une infirmière libérale. Un premier rendez-vous chez le patient est organisé entre l’infirmière libérale et l’infirmière coordinatrice pour la réfection du /?refaire le pansement en binôme, aborder le protocole du pansement ainsi que l’importance de la détersion/?du nettoyage et de ses techniques.

Tout au long de son année de suivi, l’infirmière coordinatrice organise des visites régulières chez le patient, et est également disponible pour échanger à tout moment sur l’avancée de la cicatrisation avec l'infirmière de ville.

Grâce aux photos de la plaie qui lui sont envoyées chaque semaine, l’infirmière coordinatrice analyse et apprécie l’évolution locale de la plaie. Des adaptations au protocole de soin initial pourront être proposées à distance, sous couvert du diabétologue référent des ulcères du pied diabétique.

L’infirmière apporte son expertise des soins d’ulcère du pied diabétique aux patients et aux professionnels de santé avec le soutien du diabétologue réfèrent.

Cette coordination et cette collaboration avec les professionnels de 1er recours permettraient de renforcer le lien ville-hôpital et de diminuer les dépenses de santé.

 

Quels sont les avantages de ce type de suivi ?

Les avantages sont tels que :

  • l’aide à la prise de décision des soignants,

  • la surveillance de l’évolution de la plaie,

  • assurer la traçabilité des soins et la centralisation des informations.

La présence d’une infirmière coordinatrice permet un accompagnement et un soutien adapté aux acteurs paramédicaux. Cette présence leur assure l’obtention de réponses spécifiques et rapides à leurs interrogations face à des plaies et des protocoles de soins des ulcères du pied diabétique. L’intérêt de cette prise en charge personnalisée apporterait une meilleure observance et implication du patient vis-à-vis de ces soins. Une infirmière spécialisée qui guide et accompagne le patient jusqu’à guérison sera d’un réel soutien lors d’un parcours de soin complexe.

Vers plus d'utilisation de la télémédecine ?

On peut observer que la télémédecine (décret paru le 19 octobre 2010) se développe au niveau national et intéresse de plus en plus nos pouvoirs publics. Cette étude présente des bénéfices immédiats pour les participants à « Télépied ». Les bénéfices à long termes seront eux destinés à faire des économies de santé pour la sécurité sociale lorsqu’un financement et une cotation des actes de télémédecine seront mis en place. 

 

Dernière mise à jour : 03/12/2019

SUIVEZ NOUS

  • YouTube
depuis le 15/11/2019

2019 © CERITD. Le contenu et toutes les informations fournies sur ce site sont donnés seulement à titre d’information et ne visent pas à se substituer à un avis médical, un diagnostic ou un traitement de quelque manière que ce soit. Les renseignements sur votre traitement ou décisions thérapeutiques doivent faire l’objet d’une discussion avec votre médecin.