La télémédecine

L’article 78 I du code de la santé publique- définit la télémédecine comme : une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication. En se servant de la technologie magique des outils tels qu’internet, le téléphone et les PDA (assistants personnels).

 

La télémédecine, sans augmentation des couts de santé, relie les soignants entre eux, et/ou les patients avec leurs soignants Elle va du simple transfert de données (imagerie médicale, enseignement à distance, données sur des patients) à l’intervention directe du soignant sur le malade (téléconsultation, téléassistance).

 

Elle a été définie dans le rapport des Dr P. Simon et Dr D. Acker de la Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins (DHOS) pour la différencier de la télésanté (vaste champ d’application des technologies numériques pour le bien être des personnes sans exercice de la médecine).

 

Quatre actes ont été retenus :

  • La télémédecine : elle permet au patient de consulter son soignant à distance. Il doit être présent, reconnaître son soignant et dialoguer avec lui et vice et versa (avec webcam de préférence afin d’identifier son soignant). Cette consultation à distance ne peut se faire qu’avec l’accès pour le soignant au dossier patient. Le para médical peut assister le patient dans cet acte.

  • La téléassistance : sous la forme, soit d’une assistance d’un personnel soignant à un autre personnel de santé, soit comme nous le verrons plus tard dans notre propos, d’un outil intelligent qui aidera le patient à ajuster ses doses d’insuline.

  • La télésurveillance : dans le cadre des maladies chroniques, est un acte de surveillance en continue ou discontinue. Par exemple : de constantes biologiques. Son but est de prévenir les complications, accidents, incidents. Elle peut être assurée par du personnel para-médical (infirmier). Les données sont recueillies dans une base de données sécurisée.

  • La télémédecine : permet l’échange d’expertises entre soignants autour d’un même dossier patient. Le patient n’est pas présent.

Chaque jour de nouveaux outils apparaissent dans différentes spécialités médicales avant-gardistes (cardiologie, néphrologie, diabète.) Ils cherchent à apporter une solution à la rupture temporaire soignant/soignés, et à rendre aux patients la proximité de son soignant auquel il a légitimement droit, en utilisant le génie des nouvelles technologies.

 

Pour être bien utilisé et efficace l’outil de télémédecine doit s’insérer dans la vie quotidienne du patient et du soignant et non se surajouter à ses contraintes quotidiennes ni au travail d’équipes soignantes surbookées!

 

Animé par la volonté d’améliorer la prise en charge du patient diabétique de type 1, l’équipe de recherche et l’équipe soignante du CERITD autour du Dr G. Charpentier ont créé:

  • Le premier accompagnement par des paramédicaux des patients 24h/24 en délégation de taches des médecins.

  • le premier carnet électronique en collaboration avec la société d’éditeur de logiciel Voluntis.

  • Un outil de programmation personnalisée semi-automatisée des doses d’insulines basales et bolus personnalisé grâce à ses capacités d’auto-apprentissage : le système DIABEO,

  • Le premier pancréas artificiel « DIABELOOP »

Dernière mise à jour : 03/12/2019

SUIVEZ NOUS

  • YouTube
depuis le 15/11/2019

2019 © CERITD. Le contenu et toutes les informations fournies sur ce site sont donnés seulement à titre d’information et ne visent pas à se substituer à un avis médical, un diagnostic ou un traitement de quelque manière que ce soit. Les renseignements sur votre traitement ou décisions thérapeutiques doivent faire l’objet d’une discussion avec votre médecin.