La recherche
en génétique

Depuis 10 ans, plus de 5000 personnes atteintes de diabète et soignées au Centre Hospitalier Sud Francilien ont activement participé à la recherche des gènes impliqués dans le diabète.

 

Ceci en acceptant un prélèvement sanguin supplémentaire, qui a été transmis, de façon anonymisée, à l’équipe du Pr Froguel à l’institut Pasteur de Lille, avec les principales caractéristiques de leur diabète, elles aussi anonymisées.

 

C’est à partir de ce prélèvement sanguin que l'ADN, qui est le support de nos gènes,
a pu être extrait et conservé, puis analysé.

Les résultats sont là : près d’une trentaine de gènes, prédisposant à des degrés divers à la survenue d’un diabète de type 2, sont désormais connus.

Toutefois, bien des aspects du diabète restent méconnus, et le travail doit continuer.


 

Nous avons donc encore besoin de votre participation.

 

  • Connaitre les gènes du diabète, pour quoi faire ?

 

Mieux comprendre la maladie, et inventer des traitements plus efficaces, sans doute.
 

Mais dans un futur proche il y aura peut être mieux à faire : empêcher la maladie de se développer chez les sujets héréditairement prédisposés. Encore faut-il intervenir très tôt, avant que le pancréas n’ait commencé à décliner.

C’est-à-dire qu’il faudra mettre en place des méthodes simples et efficaces chez les sujets jeunes, encore en bonne santé, mais ayant des parents ou grands parents diabétiques et spécialement fragilisés vis-à-vis du diabète du fait de leur patrimoine génétique.
 

Avant d’en arriver à cette étape ultime, il nous faut mieux caractériser ce patrimoine génétique et quantifier le risque de diabète qu’il comporte pour les descendants qui pourrait en hériter.

Dernière mise à jour : 03/12/2019

SUIVEZ NOUS

  • YouTube
depuis le 15/11/2019

2019 © CERITD. Le contenu et toutes les informations fournies sur ce site sont donnés seulement à titre d’information et ne visent pas à se substituer à un avis médical, un diagnostic ou un traitement de quelque manière que ce soit. Les renseignements sur votre traitement ou décisions thérapeutiques doivent faire l’objet d’une discussion avec votre médecin.